chapter one 02

Le livre : Extrait #1

Bienvenue dans cette nouvelle aventure qui est l’écriture d’un livre. Comme nous en avions déjà parlé, je vais vous en partager de temps en temps des morceaux, un peu en vrac pour commencer. N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires sur ce que vous aimez et aussi ce que vous aimez moins. Ca nous permettra d’affiner en avançant vers quelque chose qui plaira.

      » Nous venions de quitter le centre de la vieille ville de Naples et nous nous dirigions doucement vers la plage. Il y avait un ponton non loin de là qui s’ avançait sur la mer. C’était comme si nous flottions, surélevés à des dizaines de mètres du rivage.
L’endroit était connu pour héberger une grande faune marine. À notre arrivée sur les lieux il ne faisait aucun doute que l’endroit était connu. Le monde se bousculait tranquillement, entre les plagistes, les pêcheurs, et les curieux. Nous étions de cette dernière catégorie, et notre vision des dauphins nageant côtes à côtes au bord de l’eau deux jours auparavant nous remplissait d’espoir à l’idée d’en voir de nouveau.
Nous remontâmes tranquillement vers l’ouest s’approchant tranquillement des dernières planches. Un paysage extraordinaire s’offrait à nous. L’océan à perte de vue. L’eau était calme et pure et dans le ciel volaient des pélicans, mouettes et autres oiseaux magnifiques. L’envie de revoir les dauphins était immense. Au fond de moi je les appelais. Mes mots furent entendus puisque moins d’une minute après nous faisions notre première rencontre en tête-à-tête avec un dauphin. J’étais subjuguée, tellement sous le choc qu’il nous fut bien impossible de filmer la moindre seconde. Il était là et quelques secondes après avait déjà disparu. Sébastien l’avez manqué, et j’étais profondément triste pour lui. Remerciant alors le dauphin d’avoir entendu ma demande, je formulais à nouveau mon souhait de le revoir. Je demandais à Sebastien de se tenir prêt, je savais qu’il allait arriver d’une seconde a l’autre. Il ne se fit pas attendre bien longtemps et ses yeux s’emplirent d’étoiles comme les miens avaient pétillé quelques minutes au paravant.
Nous continuâmes à observer ce balais marin, entre le ciel et la terre pendant de longues minutes. Les Pelicans majestueux plongeaient tête la première de plusieurs mètres à la pêche de leur repas. Le spectacle était extraordinaire. Les dizaines de pêcheurs de tous âges installés là remontaient sans cesse leurs lignes sortant de l’eau petits et gros poissons mais aussi de superbes crabes qui ne demandaient qu’à retourner dans l’eau plutôt que de se faire brutalement arracher les pinces et être exposés en place publique. Sébastien me regarda, ses yeux laissaient transparaître sa tristesse et ses mots résonnèrent en moi comme si j’avais parlé pour lui,
– C’est atrocement barbare, détonna-t-il empli de dégoût.
Il avait raison et, détournant le regard des enfants, nous les replongeâmes vers ces petits oiseaux qui faisaient le spectacle voletant au dessus de l’eau.
Alors que nous nous apprêtions à repartir je restais sur ma faim. Nous n’avions pas pris la moindre seconde de film de dauphins et bien déterminée je faisais de la résistance. Sébastien avança doucement pendant que je restais sur la jetée, Timothy endormi contre mon ventre.

     Je recommençais. Coupant toute raison, déconnectant ce cerveau qui pense, je demandais une nouvelle fois à ce dauphin de venir me voir. Nous n’en avions plus vu depuis un bon moment et rien si ce n’est ma conviction profonde qu’il viendrait ne me laissait présager que ce serait le cas. En quelques secondes et avec mon cœur grand ouvert je lui dis combien j’aimerais le revoir avant que je ne parte, combien j’aimerais le filmer pour à mon tour partager ce moment unique que nous vivions ici. Je terminais mon dialogue intérieur en rouvrant les yeux. J’avais fini de me déplacer pour le chercher des yeux. Je savais qu’ainsi je ne pourrais jamais vraiment le voir. Le sage sait attendre. Le sage sait s’écouter. J’étais donc debout regardant l’horizon quand une silhouette grise s’approcha vers moi. Mon souffle était coupé. L’enregistrement était lancé et je gardais le silence. Il était là, devant moi paradant de ses plus belles manières. Mes yeux brûlaient de joie. Quelqu’un s’approcha et cria,

– Dauphin ! Dauphin ! Dauphin !

     Une foule inhabituelle se forma autour de moi, cet instant « lui et moi » venait de prendre fin. La seconde qui suivit il avait replongé dans cet océan bleuté.
Le monde se dissipa et je restais figée sur place. Serrant fort contre moi mon tout petit endormi. Mon cœur battait plus que de raison et s’emplit d’une reconnaissance et d’un amour sans précédent. Je formulais à nouveau intérieurement toute la gratitude que j’éprouvais, et combien je lui étais reconnaissante de m’avoir offert ce moment extraordinaire. Je fermais les yeux revoyant dans ma tête le balais de cet animal si intelligent et bien trop maltraité. Je m’étais sentie si proche de lui. Mes yeux se rouvrirent laissant transparaître le plus sincère de tous les mercis. Je regardais une dernière fois cette étendue en faisant un premier pas vers le retour. C’est alors qu’une fois de plus il sortit des profondeurs et me fit une ronde sublime. Cette fois-ci nombreux étaient ceux qui l’aperçurent mais il avait resurgit â un mètre de moi et je n’avais plus de doute il était venu me dire au revoir.
Je rejoignis Sébastien et Eleanor qui n’avaient malheureusement pas assisté au spectacle et ne pu contenir ma joie. Je venais de vivre un des moments les plus intenses de ma vie et ressentais en moi un amour profond pour tous les règnes de cette planète. L’impatience d’Eleanor et l’agacement de Sébastien devant son comportement me firent un peu trop rapidement descendre sur terre et bien  qu’ayant quitté les hautes sphères je restais emprunt d’une émotion qu’aucun mot ne parvenait à transcrire. »

C’est tout pour aujourd’hui 🙂

Pour être tenu au courant de la sortie des futurs extraits et autres infos exclusives, vous avez le droit de vous ajouter à notre carnet d’adresse privé ci-dessous.

A bientôt !

Audrey

Faites  partie de nos contacts privés pour ne rien manquer de l'aventure !

Ce texte n’est pas libre de droits. Il vous est partagé avec le plus grand plaisir mais ne peut en aucun cas, sous aucune manière, et sous aucun prétexte être repris ou utilisé. 

15 Comments
  1. Bonjour

    Bel effort, ça n’est pas simple de retranscrire à l’écrit ce que l’on ressent en direct.

    En ce qui concerne l’écriture, si je peux me permettre et comme vous nous le suggérez, voici mes commentaires.

    Il faudrait relire plusieurs fois votre texte car il y a de nombreuses fautes de frappes (autocorrection ) ou de conjugaison et peut-être « alléger » le style en séparant plus les paragraphes et en utilisant moins souvent des temps passé assez lourds et pas très fluides.

    Mon mari est écrivain donc j’ai un peu l’habitude de repasser derrière lui. Pour vous donner une idée de sa méthode, il écrit son texte, repasse derrière et le corrige quelques semaines après car il trouve plus d’erreur « à froid ». Ile fait ensuite corriger à une éditrice professionnelle puis à son père ancien journaliste et il lui arrive encore de trouver des erreurs après tout ça ! Il faut donc de nombreuses relecture par différentes personnes pour que le texte soit au top.

    En tant que lectrice assidue, je sais que rien ne me gêne plus que de trouver des fautes régulièrement. Je lis notamment beaucoup de récit de familles qui voyages et j’ai lâché plusieurs fois des livres car il y avait trop d’erreurs.

    J’espère que vous ne prendrez pas mal mon commentaire, je suis votre aventure depuis plusieurs semaines et je sais que la réussite de ce livre est nécessaire pour la poursuite du voyage, j’essaie juste de vous apporter mon témoignage afin que cela vous permette d’évoluer positivement vers la réussite !

    Bon courage et bonne continuation !

    Valérie

    • Bonjour Valerie,
      Merci beaucoup pour ce commentaire très constructif.
      La mise en page du site n’est en effet pas la bonne et une fois sur l’ordinateur il nous sera plus facile de remettre cela correctement.
      Pour les corrections merci aussi. Il est vrai qu’il est très difficile de tout corriger et que cela demande de nombreuses relectures de personnes tierces, d’où ma demande de bien vouloir me signaler ce que nous n’aurions pas pu voir.
      Merci encore pour tous ces conseils que je prends avec plaisir,
      A bientôt,
      Audrey

  2. Bonjour,
    j’ai aimé la façon d’écrire,en lisant j’avais l’impression d’être à tes cotés et de voir le dauphin.
    La lecture est fluide et facile,c’est le propre d’un bon livre.
    Je me permet de signaler un défaut de frappe.La lettre B est souvent en majuscule.par exemple:

    de film de dauphins et Bien déterminée je faisais de la résistance

    si intelligent et Bien trop maltraité.

    descendre sur terre et Bien qu’ayant quitté

    formulais a nouveau intérieurement (manque accent sur le à).

    Merci d’avoir partagé cet extrais de ton livre.

    • Merci beaucoup Philippe,
      J’écris depuis mon téléphone et en effet il met des majuscules sur certains mots et a la fâcheuse tendance à retirer certains accents aussi…
      Alors merci beaucoup pour cette relecture et vos mots si touchants.
      Audrey

  3. Je me sens honorée d’avoir pu lire un extrait de votre vie aussi intime, je voudrais vous remercier pour ce très beau partage.
    C’est très appreciable de pouvoir avoir de vos nouvelles par les mots. Cela laisse plus de liberté pour, par exemple, s’imaginer à votre place.
    m
    Merci encore et bon voyage !
    Aglaé

    • Merci beaucoup Aglaé.
      C’est extrêmement gentil et je suis sincèrement touchée.
      A bientôt,
      Audrey

  4. Très beau texte, j’ai adoré la façon d’écrire, on s’y croirait vraiment, merci!

    Juste 2 petites remarques à propos de la mise en forme, il faudrait rajouter quelques alinéa et justifier le texte (pour mettre tout au même niveau à droite). Sinon c’est presque parfait, ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de texte au passé simple 🙂

    J’ai hâte de pouvoir lire la suite, encore merci et bon voyage!
    Coline

    • Merci beaucoup Coline.
      La mise en page faite depuis le téléphone massacre elle d’origine avec justement alinéas et justification. Mais merci beaucoup, Sébastien s’en va chercher de l’Internet ce soir pour essayer de remettre tout ça en ordre depuis un ordinateur.
      Merci pour tout et à bientôt,
      Audrey

  5. Le texte est illisible pour moi car je n’arrive pas à enlever le gros pop up youtube qui me demande de m’abonner, dommage…

    • Il suffit de cliquer sur la croix Christelle. Je suis désolée que ça ne fonctionne pas.

  6. Bravo pour ce premier extrait. Continuer a nous faire vivre votre aventure.

  7. pas mal pour ce 1er extrait. j’avais l’impression de vivre tes émotions Audrey. Cela à du être un moment très fort pour toi pour que tu décides d’écrire ses quelques lignes ! La nature est vraiment extraordinaire.

  8. Merci pour ce partage, je découvre une nouvelle facette de ta personnalité et j’aime ton style d’écriture… Il est touchant, on sent ta sincérité et ta générosité, on a l’impression d’une grande facilité à ouvrir ton cœur, et ce qui est bon signe c’est qu’on est frustrés lorsque cela se termine…
    Surtout continue!

  9. Bonjour Audrey,

    Ce passage de ton livre est sublime. J’ai hâte de découvrir le reste.

    Vous ne me connaissez pas, mais je suis vos aventure depuis Facebook et sur votre site depuis maintenant quelques mois.

    J’ai tant de choses à vous dire, mais les idées ce bousculent et il faut que j’en fasse le trie afin de ne garder que l’essentiel. Je reviendrais vers vous en privé à ce moment.

    Dans tout les cas, vous nous apportez tous les jours un peu de chaleur à travers vos voyages et vos expériences.

  10. Au paravant s’écrit auparavant Sinon j’adore comment cet extrait d’aventure est écrit ça me fait rêver. Bisous à toute la famille Coste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *